Comment fonctionne une SCOP ?

Publié le : 06 février 20234 mins de lecture

Malgré des origines très anciennes et relativement méconnues, la Scop permet aux salariés d’exercer un réel pouvoir sur le destin de l’entreprise. C’est une forme d’entreprise qui fait passer l’intérêt commun et la solidarité avant la recherche du profit ou la satisfaction des actionnaires extérieurs. Découvrez dans ce guide le fonctionnement d’une Scop.

Qu’est-ce qu’une Scop ?

Une société coopérative de production : La Scop, parfois appelée société coopérative de production ouvrière, est une forme particulière de SARL, SA ou SAS dont les salariés sont les actionnaires majoritaires. En d’autres termes, elle appartient aux entreprises qui s’appuient sur le fruit de leur travail pour réaliser leurs ventes. Les principes d’une Scop remontent aux associations ouvrières du XIXe siècle, lorsque les travailleurs étaient déterminés à mettre fin à leur affiliation à un employeur tout puissant en le rejoignant de la manière la plus secrète possible. La Scop, telle que nous la connaissons aujourd’hui, est née en 1978.

Pourquoi une Scop est-elle créée ?

La Scop permet aux salariés ayant des connaissances pointues et des compétences techniques, surtout ceux qui sont animés par le même engagement, de mettre en avant leur savoir-faire et de se sentir plus impliqués dans la vie de l’entreprise que ceux qui rechignent à suivre les ordres. Ils ne peuvent pas les contrôler. Outre les Scop fondées sur une volonté entrepreneuriale partagée, il n’est pas rare que des salariés prennent l’initiative de reprendre l’entreprise en cas de faillite ou de difficultés, en faisant une Scop de gestion, collectivement selon ses propres règles

Comment fonctionne une Scop ?

La Scop se caractérise par son mode de fonctionnement assez atypique. Trois règles de base doivent être prises en compte lorsqu’on décide de créer une coopérative. La première est que l’actionnariat de la Scop est majoritairement détenu par ses salariés, même si tous les salariés ne sont pas forcément liés. La deuxième règle est qu’aucun salarié n’a droit à plus de 50% du capital social d’une société. La troisième porte sur le fait que les 16% des bénéfices doivent être affectés à une réserve légale. Par ailleurs, la Scop peut s’organiser dans la mesure permise par les lois et règlements. Les administrateurs sont des mandataires sociaux mais sont assimilés à des salariés. Ils sont élus par l’ensemble des associés réunis en assemblée générale. Il est également important de noter que le pouvoir de décision de tous les associés ne dépend pas du nombre d’actions détenues. Par rapport au modèle économique traditionnel de la société, la personne qui possède le plus d’actions a le plus d’influence sur le pouvoir de décision, ce qui est sans aucun doute une approche plus équitable et démocratique.

Plan du site